Emplois d'été Canada : « Ne signez pas l’attestation », recommandent deux évêques albertains

Vendredi, 2 Février, 2018 - 11:25
«Je conseille à toutes les paroisses, organisations et œuvres de charités du diocèse de ne pas signer cette attestation si elles soumettent une demande au programme Emplois d'été Canada», vient d'indiquer l'évêque du diocèse de Calgary, Mgr William T. McGrattan.
 
À quelques heures de la date limite que les organismes doivent respecter s'ils souhaitent que soit étudiée leur requête de financement d'emplois temporaires pour l'été 2018, l'évêque albertain dénonce l'ajout par Emploi et Développement social Canada, le ministère responsable d'Emplois d'été Canada, d'une clause d'admissibilité pour ce programme.
 
Cette attestation, que les demandeurs doivent cocher, stipule «que l'emploi et le mandat principal de l'organisme sont conformes aux droits de la personne au Canada, y compris les valeurs sous-jacentes à la Charte canadienne des droits et libertés ainsi que d'autres droits».
 
Le formulaire précise ensuite que les «droits reproductifs et sexuels» des femmes ainsi que «l’accès à des avortements sûrs et légaux» font partie de ces droits. Si l'organisme ne coche pas cette case, sa demande de financement ne sera pas étudiée, a déjà prévenu le ministère.
 
Déclaration épiscopale
 
L'ajout d'une telle clause «porte atteinte à nos croyances, à la dignité et au caractère sacré de la personne humaine, de sa conception à sa mort naturelle, et au droit à la liberté de conscience et de religion dans notre société démocratique», estime Mgr McGrattan. Sa déclaration, parue le 29 janvier 2018, est toujours affichée à la une du site Web du diocèse de Calgary.
 
Une semaine plus tôt, Mgr Richard W. Smith, archevêque d'Edmonton, invitait les paroisses et les organismes à ne pas signer cette attestation. L'ex-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada demandait aussi aux organismes d'expliquer à leurs députés pourquoi ils ne pouvaient pas cocher cette clause d'admissibilité.
 
«Cette attestation est inacceptable. Dans les faits, elle empêche tout simplement toute paroisse catholique, organisation ou organisme de bienfaisance d'obtenir un financement pour l'embauche d'étudiants durant l'été», déplore Mgr Smith.
 
Les organismes ont jusqu'au vendredi 2 février, pour déposer leurs demandes dûment complétées auprès d’Emploi et Développement social Canada.
 
En 2017, quelque 5200 emplois temporaires ont été créés en Alberta grâce au programme Emplois d’été Canada. Une somme de 18 438 727 $ a été versée aux organismes demandeurs, indique le ministère responsable du programme. Parmi les groupes financés, on trouve la Calgary Catholic Immigration Society, l'éparchie ukrainienne catholique d'Edmonton et l'agence d'aide aux immigrants Catholic Social Services - CSS.
 
 
 
François Gloutnay, Présence, information religieuse