Mercredi, 9 Août, 2017 - 10:21
Après des décennies de recherche, des archéologues israéliens pensent avoir découvert sur les rives de la mer de Galilée la ville romaine perdue de Julias, d’où provenaient les apôtres Pierre, André et Philippe.
 
Mordechai Aviam, responsable de l'Institut Kinneret d’archéologie galiléenne au Kinneret Academic College, a indiqué le 6 août dans un communiqué de presse que les vestiges découverts à Beit Habek, dans la réserve naturelle de la vallée de Bethsaïde, les ont amenés à croire qu’il s’agirait d’une importante ville romaine et pas seulement d’un simple village de pêcheurs. Les ruines comprennent des artefacts de bains publics et un mur situé à côté d'un sol en mosaïque.
 
«La découverte de douzaines de mosaïques en verre doré au cours de la saison précédente et la saison actuelle témoigne du fait que l'église était un endroit important et magnifique», a-t-il déclaré dans le communiqué. «C'est une découverte qui suscitera un grand intérêt chez les experts du christianisme ancien, les historiens du Nouveau Testament et les experts d'Israël en général et de la Galilée juive, pendant la période du Second Temple en particulier.»
 
Steven Notley, professeur d’études bibliques au Nyack College à New York, a également travaillé avec Mordechai Aviam lors de la récente fouille.
 
La ville perdue de Julias a été nommée en honneur de la fille de l'empereur romain Auguste. Selon l'historien juif classique, Flavius ​​Josèphe, Julias était une grande ville construite par le fils d'Hérode le Grand sur ou près du village de pêcheurs de Bethsaïde.
 
Les fouilles antérieures ont mis à jour un complexe de bâtiments de la période byzantine, a déclaré le communiqué, et Mordechai Aviam a promis de poursuivre les fouilles sur le site jusqu'à ce que la ville de Julias puisse être formellement identifiée.
 
 
 
Judith Sudilovsky pour Présence - information religieuse