Jeudi, 29 Juin, 2017 - 09:12
Thomas C. Fox, ex-directeur et ex-rédacteur en chef de l'influent hebdomadaire américain National Catholic Reporter, a reçu à Québec le Prix de journalisme Bishop John England.
 
Remis par l'Association de la presse catholique des États-Unis et du Canada - mieux connue sous le nom de Catholic Press Association of the United States and Canada (CPA) -, ce prix est la plus haute distinction qui soit dans le monde des médias catholiques nord-américains.  
 
La CPA, qui ne compte qu'une poignée de membres canadiens, a tenu son congrès annuel à l'Université Laval de Québec du 21 au 23 juin 2017.
 
Dans une allocution prononcé le jeudi 22 juin, le journaliste, aujourd'hui à la retraite, a rappelé que le journal qu'il a dirigé durant près de quarante ans a régulièrement été la cible de critiques de la hiérarchie catholique américaine.
 
«Nous avons osé poser des questions difficiles aux autorités, nous avons publié des reportages que bien des dirigeants ecclésiaux auraient préféré ne jamais lire et nous avons donné une tribune à des voix qui n'auraient jamais été entendues autrement», a-t-il confié lorsqu'il a reçu son prix.
 
«Certains nous ont traité de fouille-merde [muckrakers], croyant que cela allait nous blesser. J'ai toujours pris cela comme un compliment», a dit Tom Fox, levant les yeux de ses notes et laissant paraître un furtif sourire.
 
Le personnel du National Catholic Reporter pratiquerait, selon ses détracteurs, un journalisme «biaisé, scandaleux, voire blasphématoire». Deux évêques ont même demandé à ce que le terme «catholique» soit retiré du titre du journal. Tom Fox estime plutôt que le NCR est avant tout une publication fière de son indépendance et du professionnalisme de ses rédacteurs et de ses chroniqueurs.
 
Tom Fox a œuvré à la direction du NCR de 1980 jusqu'en janvier 2016, moment de sa retraite. Dans les années 1960, à peine sorti de l'université, il s'engage comme coopérant volontaire au Vietnam. Alors qu'il travaille dans un camp de réfugiés, il soumet un premier texte au tout jeune National Catholic Reporter. Il est rapidement propulsé «correspondant au Vietnam» alors qu'il «écrit fort mal», reconnaît-il aujourd'hui, et que le rédacteur en chef de cette époque doit réécrire tous ses textes.
 
Le prix qu'a reçu Thomas C. Fox est nommé en l'honneur du premier évêque de Charleston, en Caroline du Sud, Mgr John England (1786-1842). Un Irlandais d'origine, il a mis sur pied et dirigé le tout premier journal catholique des États-Unis, le United States Catholic Miscellany. Cette publication existe toujours aujourd'hui.
 
Sept articles publiés par des journalistes de Présence ont été repris par le National Catholic Reporter depuis août 2015, date de la fondation de cette agence de presse spécialisée dans l'information religieuse.
 
 
François Gloutnay, Présence - information religieuse