« Monseigneur Couture, c’était du vrai! » : Funérailles de Mgr Maurice Couture

Mardi, 6 Février, 2018 - 09:51
Le Salve Regina avait des airs d’au revoir. Chanté a capella avec force et en chœur par tous les ministres ordonnés à la fin des funérailles de Mgr Maurice Couture, sa solennité était empreinte de la même gaieté et simplicité qui ont marqué la vie de l’ancien archevêque de Québec.
 
La basilique-cathédrale était remplie à l’occasion des funérailles de Mgr Couture, archevêque de Québec de 1990 à 2002. À la foule nombreuse s’ajoutaient 25 évêques, 64 prêtres et 15 diacres. C’est le cardinal Gérald Lacroix, actuel archevêque de Québec, qui présidait la cérémonie qui a duré près de deux heures dans l’après-midi du 5 février. Il était entouré de plusieurs visages connus de l’épiscopat québécois et par plusieurs religieux de Saint-Vincent de Paul, communauté à laquelle appartenait Mgr Couture. Même le supérieur général, le père Bertin Sanon, originaire du Burkina Faso, était venu de Rome pour l’occasion.
 
L’évêque anglican de Québec, Mgr Bruce Myers, était auprès des évêques dans le chœur, tandis que la communauté musulmane était représentée par Boufeldja Benabdallah, le cofondateur du Centre culturel islamique de Québec.
 
Parmi les dignitaires civils se trouvaient notamment le maire de Québec, Régis Labeaume, et le lieutenant-gouverneur du Québec, J. Michel Doyon.
 
Lors de la procession d’entrée, plusieurs clercs posaient la main sur le cercueil du défunt lorsqu’ils passaient à côté. Le cardinal Lacroix, s’est même arrêté un instant avant de monter dans le chœur.
 
«Il a non seulement été un homme d’Église – et tout un ! – il a été un citoyen engagé au sein de la société», a dit le cardinal au début de la cérémonie.
 
Le nonce apostolique au Canada, Mgr Luigi Bonazzi, a lu un message de sympathie du pape François dans lequel on saluait le « zèle » et le « dévouement » de l’ancien archevêque de Québec.
 
Mgr Marc Pelchat, évêque auxiliaire de Québec, a pour sa part lu un message préparé par l’archevêque qui avait succédé à Mgr Couture, le cardinal Marc Ouellet, qui était retenu à Rome. Il évoquait un «pasteur très estimé dans son engagement selon l’évangile dans les transformations sociales et ecclésiales de notre époque».
 
«Au revoir cher ami»
 
Le témoignage le plus senti est venu de Jacques Côté, un ami et collaborateur de Maurice Couture. Il a évoqué «un exceptionnel passeur d’espérance toujours soucieux de traduire en paroles et en engagement les valeurs et les couleurs de l’évangile».
 
«Vous étiez avec assurance le critique éclairé de nos pratiques sociales et vous saviez constamment nous rappeler que les valeurs spirituelles doivent toujours être au cœur de la promotion de l’humain intégral», a dit M. Côté. «Au revoir cher Mgr Couture. Au revoir cher ami.»
 
Outre les chants religieux qui voulaient refléter l’amour de Mgr Couture pour la musique classique, la célébration a été marquée de divers gestes symboliques. L’abbé Michel Drouin, l’un des nombreux prêtres ordonnés par Mgr Couture, est venu déposer une mitre sur le cercueil. Mgr Eugène Tremblay et Mgr Jean-Pierre Blais, ordonnés évêques par Mgr Couture en 1995, y ont quant à eux placé un évangéliaire.
 
«C’est ma dernière visite ici»
 
Dans son homélie, le cardinal Lacroix a rappelé que les textes bibliques permettent, à l’occasion de funérailles, de se recentrer sur la confiance, la foi et la résurrection. Il a confié que l’archevêque émérite et lui avaient déambulé dans la cathédrale il y a deux mois.
 
«J’avais le bonheur de pousser son fauteuil roulant. Il a fait tous les recoins, mais on s’est longuement tenus ici, au pied du chœur, près de la cathèdre», a expliqué le cardinal Lacroix en désignant l’endroit occupé par le cercueil. «Il regardait. Et nous avons admiré ensemble ce qu’il y a de plus élevé ici dans le chœur, au-dessus du baldaquin, le Christ victorieux de la mort. Il n’est plus sur la croix, il tient dans ses mains la croix, il est vivant. Il m’a dit: ‘C’est ma dernière visite ici. C’est la dernière fois que je revois ces lieux qui ont été pour moi des lieux si extraordinaires de célébrations, de souvenirs’.»
 
«Mgr Maurice Couture vivait une relation de confiance avec Dieu. Une amitié qui s’est développée et nourrie tout au long de sa vie. Il a appris du maître – le Christ – à voir la vie autrement, à voir les gens autrement, à voir le monde et la réalité autrement, comme Dieu les voit et les aime», a poursuivi le cardinal. «Où Maurice Couture a-t-il appris à être si serviable ? Si proche des personnes souffrantes et exclues? Où a-t-il appris à relire la vie du monde et de l’Église avec un regard ouvert et plein d’espérance? Un regard qui ne condamne pas mais qui invitait au dépassement et à la miséricorde», a-t-il demandé, soulignant l’apport certain de sa famille et de sa communauté religieuse. «Mais j’oserais affirmer, sans crainte de me tromper, que c’est dans l’évangile, dans la célébration de l’eucharistie, dans la prière, dans cette relation de confiance avec le Seigneur qu’il s’est laissé façonner au jour le jour pour devenir comme Jésus un amoureux de l’humanité.»
 
Il a rappelé à quel point Mgr Couture aimait parler, mais aussi comment ses gestes et ses attentions parlaient souvent encore plus fort que ses mots. Il a fait rire l’assemblée lorsqu’il a raconté qu’il aimait bien offrir aux religieuses des fraises qu’il avait lui-même cueillies.
 
«C’était beau de le voir vivre. À 91 ans et 2 mois, il avait encore du souffle et un grand intérêt pour la vie. Il s’intéressait à nous et se préoccupait pour nous», a souligné Gérald Lacroix. «Comme quelqu’un disait ces jours-ci, ‘Mgr Couture, c’était du vrai!’»
 
Après la communion et le Salve Regina, la procession de sortie s’est mise en marche. Ce sont des hommes ordonnés par Mgr Couture qui étaient les porteurs de son cercueil dans la cathédrale. Quelques clercs et des membres de la famille ont pu descendre dans la crypte, où sa dépouille repose dorénavant aux côtés des évêques de Québec, dont Mgr François de Laval.
 
 
Philippe Vaillancourt, Présence - information religieuse