Prévu pour la première moitié de l'année 2017 : La publication du guide des évêques canadiens sur les abus sexuels repoussée à l'automne

Vendredi, 17 Mars, 2017 - 09:42
Le nouveau document de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC) en matière de prévention d’inconduite sexuelle ne sera finalement pas publié avant l’automne.
 
Ce document en préparation depuis quelques années devait initialement être dévoilé dans les premiers mois de l’année 2017. Il y a un an, on avançait même la possibilité de le voir en décembre 2016 ou en janvier 2017.
 
Selon un porte-parole de la conférence épiscopale, le document est toujours en processus de rédaction finale, de correction et de traduction. Il devra ensuite passer tout le processus d'édition avant d'être dévoilé.
 
Lors de l’assemblée générale annuelle de la CECC en septembre 2016, les évêques se sont entendus en principe sur la publication document. Cependant, peu d’informations concrètes ont filtré jusqu’ici, la conférence épiscopale refusant même de dévoiler la composition du Comité ad hoc sur la protection des personnes mineures mis en place par la CECC en 2012 et chargé de faire aboutir le projet.
 
Il est donc également hors de question que le document – ne serait-ce qu’en version préliminaire – ne soit présenté au pape François dans le cadre des visites ad limina des évêques des diverses régions pastorales du Canada qui ont lieu ces semaines-ci à Rome.
 
Le principal document de la CECC en matière d’abus sexuels date de 1992 et s’intitule De la souffrance à l’espérance. À l’époque, les évêques canadiens faisaient figure de précurseurs en matière de prévention d’inconduite sexuelle. Sa publication était devenue nécessaire après le scandale de l'orphelinat Mount Cashel de St. John's à Terre-Neuve, où des membres et d'ex-membres de la congrégation des Christian Brothers ont été reconnus coupables d'agressions sexuelles et de sévices physiques contre des enfants.
 
Interrogé sur la refonte du document par Présence l’automne dernier, l’archevêque d’Halifax, Mgr Anthony Mancini, indiquait que la conférence épiscopale devait tenir compte des évolutions des dernières années et de directives pastorales et canoniques de Rome en matière d’abus sexuels.
 
L’annonce de ce report survient alors que plusieurs dossiers d’abus sexuels impliquant des membres du clergé ou des institutions catholiques au Canada continuent de se retrouver devant les tribunaux.
 
 
Philippe Vaillancourt, Présence - information religieuse