Mardi, 14 Mars, 2017 - 11:32
Le pape François affronterait aujourd'hui plusieurs ennemis et serait même en danger, selon deux journalistes dont les recherches viennent d'être publiées, à quelques semaines près, par les éditeurs Bayard/Novalis et Flammarion.
 
Et les opposants du pape, prévient la plus récente de ces deux enquêtes journalistiques, ne s'agitent pas qu'à l'extérieur de l'Église.
 
«Derrière les sourires affables, une partie des princes de l'Église, dont certains durs à cuire, supportent de plus en plus mal ce pape venu "du bout du monde" qu'ils ont élu et qui est porteur des espoirs de la chrétienté. Pour nombre d'entre eux, François, désormais, est devenu le diable en personne, le fossoyeur qui va enterrer définitivement l'Église», indique le journaliste suisse Arnaud Bédat dans François seul contre tous.
 
Pour ce journaliste d'enquête, il n'y a aucun doute doute. «Une guerre sans merci, larvée, feutrée, mais bien réelle, s'est déclenchée» dans l'Église catholique depuis l'élection du pape François, il y a précisément quatre ans cette semaine.
 
 
Menaces à la sécurité
 
Nello Scavo est un journaliste italien. C’est un spécialiste du crime organisé et du terrorisme international. Dans Les ennemis du pape, il relie entre eux différents événements qui illustrent que des patrons mafieux et des marchands d'armes n'apprécient guère les propos récents du pape François contre leurs activités.
 
Pas plus qu’ils n'appréciaient ses initiatives lorsqu'il était archevêque de Buenos Aires, ajoute Nello Scavo. Il rappelle ce courriel reçu par le ministre de la sécurité publique d’Argentine le 17 décembre 2009, jour de l’anniversaire de celui qui deviendra pape en 2013. «On désire attenter à la vie du cardinal Bergoglio», écrit un informateur anonyme. Le «fait serait imminent» assurément avant Noël, précise le courriel, pris au sérieux par les plus hautes autorités policières. On fournit une garde rapprochée au futur pape lors des nombreuses messes et activités qu’il préside en cette période de l’année. Il refuse toutefois de porter un gilet pare-balles.
 
Le livre de Nello Scavo débute avec un autre rappel, celui de la visite du pape aux Philippines en janvier 2015. Des militants islamistes liés à la nébuleuse Al-Qaïda ont planifié d’attaquer le cortège pontifical lors de son passage dans la capitale. «L’engin aurait dû exploser lorsque le pape se rendait au parc Rizal où sept millions de fidèles l’attendaient pour assister à la messe», écrit le journaliste. Le complot sera heureusement déjoué quelques heures avant que l’avion du pape ne se pose à l’aéroport de Manille.
 
Publié en France au début du mois de février, le livre d’Arnaud Bédat est attendu d’ici la fin du mois dans les librairies québécoises. Interviewé le 13 mars à l’émission En toutes lettres du réseau RCF (Radio chrétienne francophone), l’auteur affirme que le pape reçoit des menaces de partout, tant de la mafia italienne que de l'État islamique. «On ne peut pas non plus exclure que des chrétiens intégristes imaginent quelque chose pour le déstabiliser», ajoute-t-il. «Le voyage qu’il fera à Fatima, au mois de mai, sera très risqué à ce niveau-là.»
 
 
François Gloutnay, Présence - information religieuse