Jeudi, 10 Août, 2017 - 13:34
Réunis en congrès à Saint-Louis, au Missouri, les Chevaliers de Colomb ont abordé au début du mois d'août divers enjeux, dont celui des uniformes portés par les membres de quatrième degré de la confrérie catholique. Uniforme qui connaîtra des changements substantiels, a affirmé Carl Anderson, chevalier suprême des Chevaliers de Colomb, lors de leur 135e convention suprême annuelle.
 
Au fil des ans, la tenue de cérémonie des chevaliers de quatrième degré a connu divers changements. Au départ, cette tenue était constituée d’une cravate blanche, d’un chapeau haut de forme et d’un veston en queue de pie, rappelle Carl Anderson.
 
Les chevaliers de quatrième degré n’auront plus à porter un complet et un nœud papillon noir; ils pourront désormais revêtir un veston bleu, un béret, et une cravate à l’effigie des Chevaliers de Colomb, de même qu’une chemise blanche et d’amples pantalons gris. Aucune mention n’a été faite du port des épées dans ces modifications à l’uniforme.
 
Selon Carl Anderson, «le conseil d’administration a jugé que le moment était venu de moderniser l’uniforme [des chevaliers] de quatrième degré». Les chevaliers pourront cependant «continuer de porter la cape traditionnelle et les chapeaux lors d’événements publics ou à l’occasion de gardes d’honneur en marge des processions liturgiques». Quoique «de façon limitée». Cela dit, «la tenue officielle des membres de quatrième degré sera désormais formée d’un veston et d’un béret, y compris lors des événements protocolaires et des gardes d’honneur».
 
Ces changements ont été accueillis avec enthousiasme par les membres. C’est le cas de Robert Earl, membre du Conseil 23, de la paroisse Saint-Daniel le Prophète de Scotsdale, en Arizona.
 
«C’est très significatif que l’ordre évolue afin de faire face aux changements propres à notre époque. Le nouvel uniforme évoque chez moi l’idée d’un corps d’élite militaire, et c’est sans doute dans cette optique que ces changements ont été apportés», note Robert Earl.
 
«Notre ancienne tenue de cérémonie rappelait celle des officiers de la marine. Celle des chevaliers de quatrième degré était chargée de symboles maritimes. Peut-être cela échappait-il au grand public», ajoute-t-il. «Je crois que le nouvel uniforme envoie un message fort et positif, celle voulant que nous soyons des ‘soldats du Christ’, ce qui correspond en effet à ce que nous sommes», dit-il.
 
Mais les membres ne sont pas tous de cet avis. Ainsi en est-il de Joseph Meyer, membre du Conseil 2899, des paroisses Sainte-Brigitte et Christ-Roi de Mesa, en Arizona.
«Je suis [chevalier de] quatrième degré depuis 1978 et nous avons toujours porté la même tenue de cérémonie. Cette tenue-là nous allait à merveille. Le [nouvel] uniforme est plutôt laid», dit-il.
 
Il déplore d’ailleurs que les membres doivent faire l’achat d’un nouvel uniforme alors qu’ils en possèdent déjà un. «Si cet uniforme devient la tenue officielle, plusieurs chevaliers vont quitter les rangs du quatrième degré. N’oublions pas qu’un grand nombre de chevaliers sont des retraités et qu’ils n’ont pas les moyens d’investir 500$ pour s’acheter un nouvel uniforme», affirme Meyer.
 
Membre de la délégation de l’Iowa, Paul Lee reconnaît que le nouvel uniforme a suscité des «réactions mitigées» chez les Chevaliers de Colomb.
 
«Le principal souci des membres vient du fait qu’on comprend encore mal les raisons qui ont motivé ce changement, par-delà le désir de moderniser cette tenue», dit-il.
Selon Paul Lee, plusieurs membres accueillent favorablement ces changements. Le nouvel uniforme, dit-il, «s’aligne sur celui d’organisations militaires et présente [les Chevaliers de Colomb] comme une organisation patriotique». Il admet toutefois que certains membres «sont allergiques au changement, et qu’ils sont donc prompts à monter au créneau».
 
«Il y a aussi une petite secte de personnes qui affirment ne pas avoir été consultées sur ce changement, et que ce genre de décision aurait dû être discutée à l’échelle locale et régionale, avant d’être avalisée par le Conseil suprême», ajoute M. Lee.
 
 
 
Tony Guttierez pour Présence - information religieuse